PROCHAINE CREATION

Les Yeux d'Anna

 Création Novembre 2018
Les Bords des Scènes
Athis Mons
Arbre a vent.jpg

de  Luc Tartar

Mise en scène   Cécile Tournesol  

Scénographie  Bruno Collet  - Musique  Aldo Gilbert Fred Bures Vidéo/Images  Céline Dupuis Fred Bures - Lumières  Patrice Le Cadre Costumes Philippe Varache

Avec Anne Coutureau - Louka Méliava - Tigran Mékhitarian - Cécile Métrich - Julien Muller

-------------------------------------------------------------------------------------------------

DERNIERE PRESENTATION DU PROJET

Plateau professionnel "Attention Travaux"

Du Conseil Départemental de l'Essonne

Le jeudi 25 janvier 2018, de 9h à 13h

Salle Pablo Picasso de La Norville

Reservations  prodif@lartmobile.com

------------------------------------------------------------------

Yeux.png

"Tu brûles ce que tu crains, tu crains ce qui t'échappe, ton regard est pauvre, change de point de vue. "

Les yeux d'Anna

PRESENTATION DU PROJET SCENOGRAPHIQUE

Vidéo : Patrice Le Cadre d'après  la maquette de Bruno Collet

« Cette nuit au bout de la rue un incendie. Je m’approche. Des flammes, des cris, des ombres noires. Ma peur, mon dégoût. Une cagoule, un visage qui se tourne vers moi. Je le vois, je le reconnais, c’est Clémentin qui dit Retourne-toi, ne me regarde pas. Mais, je ne peux pas détacher mes yeux de ce visage. Je ne peux pas, je ne peux pas… »

Extrait du journal d’Anna


EN TOURNEE

Le Cercle de Craie Caucasien

de Bertolt Brecht

Quel bonheur de vous revoir en scène hier. L'ensemble est captivant, très beau. Cette fable trouve une puissante modernité, débarrassée ainsi de son excès de didactisme. Et j'ai adoré vos chaussures - Christophe Barbier - février 2017

Un texte essentiel dont le souffle poétique balaie les dogmes d’un autre siècle

Une épopée visuelle et sonore interprétée dans un esprit Glam-Rock

Une équipe soudée autour d’un propos fédérateur: la réconciliation.

IMG_1075.png

PROCHAINES DATES saison 16/17

  • La halle à grain à Lunéville, les 23 et 24 mai 

représentations déjà passées : Les bords de Scènes 4 et 5 novembre, Théâtre de Rungis le 15 novembre, Espace culturel Boris Vian des Ulis le 18 novembre, Théâtre Eurydice les 24 et 25 novembre, Chateau des Lumières de Lunéville les 1er et 2 décembre,  L'ECAM au Kremlin Bicêtre le 20 janvier, Le Vent se Lève à Paris les 2 et 3 février 2017

 

LE SPECTACLE EXISTE SOUS 2 FORMES Une forme frontale pour les plateaux et une forme circulaire adaptée à tout type de lieux. 

« Redoutable est la tentation d'être bon »

Dans une vallée du Caucase, après la guerre, deux villages se réunissent pour tenter de régler un litige territorial. Pour les y aider, la célèbre conteuse Arcadia Tschéidsé les invite à improviser un conte qui symbolise leur propre vie : l’histoire de Groucha, fille de cuisine au palais… Lors d’une révolution, Groucha sauve le fils du gouverneur, un bébé abandonné dans la tourmente. Elle le cache et l’élève au péril de sa vie jusqu’au retour de la mère naturelle de l’enfant qui, deux ans plus tard, réclame son bien. Qui est la vraie mère de l’enfant ? Qui jugera le cas ? 

On entre alors dans l’histoire Azdak, l’écrivain de village devenu juge pendant la révolution. Azdak, le révolutionnaire qui joue un gueux, comme dans Shakespeare les sages jouent les fous. Azdak le déçu qui ne décevra pas.

« L’artiste peut retrouver le sentiment d’une communauté vivante qui le justifiera, à la seule condition qu’il accepte, autant qu’il peut, les deux charges qui font la grandeur de son métier : le service de la vérité et celui de la liberté ».

Cet extrait du discours d’Albert Camus lors de la réception du prix Nobel pourrait signifier notre profession de foi.

En nous installant sur un territoire, en allant à la rencontre du public nous mettons tout en œuvre pour que l’acte théâtral soit une occasion d’émotion, de réflexion et d’émancipation.

 

Auteur Bertolt Brecht • Mise en scène Cécile Tournesol, Gil Bourasseau • Dramaturgie, Assistant à la mise en scène Yvan Garouel • Scénographie Bruno Collet • Musique Aldo Gilbert • Lumières Patrice Le Cadre • Vidéo et Régie Générale Fred Bures • Costumes Philippe Varache • Images Céline Dupuis • Distribution Carole Bourdon, Françoise Cousin, Anne Coutureau, Aldo Gilbert, Robin Goupil, Julien Muller, François Macherey, Axel Petersen, Christophe Rouzaud, Christian Sinniger, Sara Viot. • Administration Didier Masse • Production, Diffusion Marcos Cortés-Londono

Mentions légales

L’art mobile est conventionné par la Région Île-de-France, le Département de l’Essonne et la ville de Sainte-Geneviève-des-Bois (91). La compagnie est soutenue par le Conseil départemental du Val de Marne, l’ADAMI et la SPEDIDAM. Coproductions Les Bords de Scènes, Théâtre de Rungis, Espace Culturel Boris Vian/Les Ulis, Château des Lumières de Lunéville. Partenaires Théâtre Eurydice de Plaisir, Studio théâtre d’Asnières ESCA. 

Gil, 

Notre Cercle te sera dédié, il sera libre, simple et beau. Ce sera une pièce de troupe comme tu les aimais. Accessible pour qu’on puisse en parler à la caisse de l’hyper. Chacun va y mettre toute son âme. « ça va déchirer » comme l’a écrit Françoise Cousin sur le registre de condoléances. Et moi je vais me consoler de ton absence en flirtant avec Bertolt Brecht. 

 — Cécile Tournesol

 

Bande annonce

 

Photos du spectacle

 

Forme circulaire

Crédit photos: Céline Dupuis, Philippe Varache et Jackà Maré
 

Vidéos de présentation

MUTIN !

Création en février 2014 - 47 Représentations

Prochaines dates :

29 mars 2016 à la Ferme de Bel Ebat de Guyancourt 14h et 20h30

1 Place de Bel Ebat, 78280 Guyancourt   Téléphone : 01 30 48 33 44

Une pièce de Luc Tartar
Mise en scène de Gil Bourasseau

Avec Cécile Tournesol,
Jenny Rombai, Rosa Matthis (corde souple),
Eric Chantelauze,
Hugo Eymard,
David Mallet

Lumière et Scéno Patrice Lecadre
Régie et Vidéo Fred Bures
Chorégraphie Delphine Cammal
Construction Serge Calvier
Costumes Elysabeth de Sauverzac
Masques Lydie Collet
Assistante Isabel de Francesco

MUTIN! plonge le spectateur dans un temps suspendu suintant l’absurdité des hécatombes, la peur, mais aussi l’éclatant besoin de vie.
La pièce parle d’amour, de fraternité, de mémoire, de secret, de morts qui se causent du fond de leurs catacombes et qui, de temps en temps, sont expulsés à la surface. Elle nous aspire vers le passé, dans une spirale vertigineuse. Ici, c’est la mémoire qui compte, qui gouverne les émotions traumatiques du récit, qui le fait avancer. Luc Tartar traque interminablement la reconstruction aléatoire du passé : de sa densité, son opacité, son ambiguïté fondamentale... Puis l’aube vient... et avec elle la clarté diffuse d’une paix annoncée. Mais l’histoire mutile les corps et fige les mémoires. En eux, la guerre restera vivante. Les blessures de l’âme sont immortelles.

Création février 2014

Lignes de fronts

élaboration d’un itinéraire traversant les villes et villages du Nord-Pas-de-Calais, de la Picardie, de l’Ile-de-France, de la Champagne-Ardenne, de l’Alsace, de la Loraine et de la Franche-Comté.


Vidéo


Photos


Extrait sonore



Lieux concernés

Théâtres identifiés et lieux non dédiés.

Diffusion

Cécile au 06 50 38 11 18

Production

L’art mobile, Culture Commune scène nationale du bassin minier du Pas-de-Calais.

Partenaires

  • La ville d'Ablon
  • Le centre culturel des Portes de L'Essonne
  • l'Espace Culturel Boris Vian des Ulis
  • Le pole des arts nomades
  • Le Conseil Général du Pas de Calais
  • Le conseil général de L'Essonne
  • La région Ile-de-France
  • La Mission du Centenaire
  • ADAMI, SACD
  • Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National
  • Avec le soutien du Centre de Création Nil Obstrat

Revue de presse

L'EST REPUBLICAIN
La mise en scène de Gil Bourasseau, alternant jeu, images projetées, danse et funambulisme permet aussi à chacun de reprendre sa respiration. Presque indispensable pour digérer et ne rien perdre du texte dense de l'auteur, magnifiquement restitués par les comédiens de la compagnie « L'art mobile ». La force de Mutin!, c'est de sensibiliser la jeune génération à cette tragédie vécue par leurs aïeuls, certes, mais de faire que chacun aussi puisse s'interroger : qu'aurions-nous fait à leur place ? Tous des « Mutins! » en puissance ? La question hante de longues heures après avoir quitté la Halle à grains.

LA LETTRE DU SPECTACLE
Qu'est-ce que j'aurais fait dans cette situation ? Gil Bourasseau, metteur en scène de Mutin!, prend à cœur la question posée par le nouveau spectacle de sa compagnie L’art mobile. Le texte de Luc Tartar raconte une histoire d'amour et de fraternité au début de la guerre 14·18, mettant aux prises un fantassin qui deviendra mutin, son amoureuse, le monde des tranchées avec ses morts, et le survol angélique de Jenny Rombai, équilibriste sur corde souple. Le spectacle a été créé en février à Culture Commune, scène nationale du bassin minier. L’art mobile est un théâtre itinérant qui alterne entre grandes scènes publiques et petites communes, avec son théâtre portatif. Dans certaines pelites villes, le thème du mutin est encore mal accepté. « Le titre était un choix délibéré, je voulais prendre le risque de la poésie, de la complexité, sortir du didactique, insiste Gil Bourasseau. Il y a des sujets qui restent perçus comme subversifs dans certains villages. Certains maires ont peur - à tort - de manquer de respect â l’association des anciens combattants. » La production de Mutin! a bénéficié du label Grande Guerre et du soutien du fonds SACD. La compagnie L’art mobile est basée à Sainte-Geneviève-des-Bois (91).

 

LA SCENE
" Une belle interprétation de ce texte plein d'humanité. Il est question ici de ces hommes qui partent au combat la peur au ventre et qui, à un moment ou à un autre, sont tentés de se mutiler ou de fuir. Mutin !  s'adresse aux adolescents et aux adultes. Il ne cache rien de la cruauté de la guerre, de ses outrances et de la détresse des hommes. L'art mobile joue à bon escient des ressorts fantastiques que propose le texte. La mise en scène est sobre et efficace, les mots sont justes.

LA PROVENCE
La pièce nous aspire au fin fond de nos émotions. L'amour, la fraternité, mais aussi la peur, la douleur, le désir de vie s'imbriquent dans une mise en scène conjuguant le jeu puissant des comédiens de l'Art Mobile avec l'utilisation des masques, de la vidéo et du son. Les comédiens sont bouleversants par leur justesse et leur sobriété. Leur authenticité sert un texte de Luc Tartar, fort, direct et poignant ; un texte à travers lequel, son auteur a voulu aussi "questionner les notions de patrie, de responsabilité individuelle et collective, de courage, de sacrifice, de liberté et d'ennemi", un texte qui nous interpelle profondément.

VAUCLUSE MATIN
« MUTIN ! » une exclamation pour dire combien le texte magnifique de Luc Tartar, mis en scène par Gil Bourasseau, porté avec force par cinq interprètes, est bouleversant. Les mots qui racontent le champ de bataille de la guerre 14–18 et ses peurs, résonnent cruellement au temps présent. Sur scène, un champ de bataille devenu lieu du souvenir, et des galeries de mine désaffectée dans lesquelles errent des fantôme aux histoires d’amour, d’amitié, de jeunesse, de liberté, foudroyées.  L’auteur affronte le tabou des mutins et la tragédie de la guerre, que le metteur en scène a su mettre en émotions à l’aide d’images, de jeux de masques, de sons… Le spectateur en sort ému jusqu’aux larmes.

AUX NOUVELLES ECRITURES THEATRALES
Pas de déchaînement, de cri, d’atrocité, pas d’analyse crue de la violence humaine. MUTIN ! ne fait pas dans l’écorché ni dans l’héroïsme. La pièce met en scène avec grâce et délicatesse, les victimes du grand carnage.

LA REPUBLIQUE DU CENTRE
Le passé tragique des tranchées de la grande guerre. Un texte magnifique d’où jaillissent dérision, humour et fatalité.  Une mise en scène à découvrir sans tarder.